Un voyageur photographe hésitera souvent à investir dans un objectif coûteux. En effet, on pense généralement, à tort ou à raison, être plus facilement sujet aux vols, aux pertes ou à la casse. Par ailleurs, tout le monde n’a pas envie d’avoir autour de son cou du matériel qui coûte plus que ce que les gens croisés gagneront parfois dans toute leur vie. Là encore, c’est le choix de chacun.

Quoi qu’il en soit, l’objectif utilisé est bien plus important que le boîtier; il est donc logique d’y consacrer un plus gros budget. Mais n’oubliez pas que son achat reste un investissement sur le long terme que vous ne regretterez pas: un objectif vit longtemps et, lorsqu’il est de qualité, il se revend facilement sans trop de décote.

appareil photo objectif 1

1- Les critères d’achat :

Trois critères définissent un objectif: sa focale, son ouverture et sa qualité (construction et piqué). Il faut ensuite distinguer les zooms (ou focales variables) des focales fixes.

Comme pour le choix du boîtier, il n’y a pas de règle absolue: c’est à vous de cerner vos besoins, en prenant en compte les critères ci-dessus et votre budget.

acheter appareil photo

a- Conseils d’achat :

Pour économiser un peu d’argent, n’hésitez pas à vous tourner vers d’autres marques que celle de votre boîtier. Par exemple, Sigma et Tamron proposent des objectifs bien moins chers, compatibles avec les boîtiers des grands constructeurs. Les gammes et leurs critères techniques sont trop divers pour que l’on puisse établir un tableau d’équivalences entre les différentes optiques du marché. Il faut se renseigner au cas par cas, sur Internet ou dans la presse spécialisée.

Par ailleurs, il est inutile de vous précipiter et de tout acheter tout de suite. Il vaut mieux investir au fur et à mesure dans de bons objectifs, plutôt que d’acheter rapidement tout un tas d’optiques de piètre qualité. Si vous n’avez pas d’idée précise, un kit boîtier+ objectif 18-55 mm (c’est à dire un transtandard) est une bonne manière de commencer.

b- La focale :

La focale, exprimée en millimètres, influe sur l’angle de champ et le cadrage. Pour mieux comprendre cette notion, regardez les quatre photos ci-dessous. Vous constaterez que plus le chiffre de la focale est élevé (ici, 200 mm), plus le sujet semble proche; on parle alors de« longue focale». Plus la focale est courte (ici, 10 mm), plus elle cadre large.

appareil photo objectif 2

Attention, c’est de ce constat que naît une erreur qui consiste à préférer les zooms «à tout faire », c’est à dire ceux dont la plage des focales est étendue. C’est souvent sujet à débat mais, selon moi, lorsque l’on achète un reflex, c’est pour changer d’objectif. Ainsi, je considère que mettre un 18-200 mm sur ce type de boîtier n’a aucun sens. En effet, une large plage couverte équivaut à une qualité moindre, surtout que ces objectifs sont par ailleurs généralement peu lumineux. Les images réalisées seront donc plates, avec peu de piqué. Et, pour schématiser, vous devrez ranger votre appareil dès qu’il fera sombre. Dans ce cas, autant investir dans un bon compact qui offrira le même type de photos et prendra bien moins de place dans votre sac. Avec un reflex, vous devez donc acheter plusieurs optiques et jongler entre elles selon les situations de prise de vue.

c- l’ouverture :

ouverture objectif

Les objectifs comportent un diaphragme, qui est une ouverture variable permettant de laisser entrer plus ou moins de lumière dans l’appareil photo. On règle l’ouverture du diaphragme par l’intermédiaire du boîtier, selon la luminosité de la scène (entre autres), mais chaque objectif a une ouverture maximale, qui diffère d’un modèle à l’autre. Cette dernière est inscrite sur l’objectif, près de la lentille. C’est également le nombre qui est donné à côté des indications de focales dans les informations techniques. Par exemple, un 24 mm f/2,8 est un objectif dont la focale est 24 mm et qui ouvre au maximum à f/2,8. S’il y a une double série de nombres, comme c’est le cas sur la plupart des zooms, par exemple 18-55 f/3,5-5,6, cela signifie que l’objectif ouvre à f/3,5 à 18 mm et à f/5,6 à 55 mm; on parle alors d’ouverture glissante.

Cette donnée est importante car plus l’ouverture maximale est grande, plus vous pourrez capter de lumière même dans un environnement sombre. Attention, plus le nombre est petit, plus l’ouverture est grande (on dit alors que l’objectif est« lumineux») vous obtiendrez ainsi de jolis flous d’arrière-plan.

Ainsi, un 50 mm f/1,4 est plus lumineux qu’un 50 mm f/1,8.

d- le stabilisateur :

La stabilisation est un mot à la mode employé par les constructeurs comme argument marketing. Elle a pour but de compenser les vibrations naturelles d’un photographe en réduisant le risque de flou. Je ne vais pas m’étendre ici sur le sujet. Sachez seulement que certains objectifs sont meilleurs sans stabilisation, et que cette technologie n’est réellement utile que pour les longues focales.

2- Zoom vs focale fixe ?

Zoom vs focale fixe

Si vous débutez en photo, vous avez sûrement lu sur Internet des débats sans fin concernant ce sujet, sans vraiment savoir quoi en penser tant les arguments se valent. Il s’agit avant tout d’une affaire de goût. Pour faire simple, le zoom permet de varier la focale, contrairement à la focale fixe, qui porte donc bien son nom. Avec cette dernière, il vous faudra reculer si le sujet ne rentre pas dans le cadre, ou vous rapprocher s’il est trop loin.

Mais alors, faut-il privilégier un zoom ou une focale fixe? Les utilisateurs de focales fixes arguent que ces objectifs sont généralement d’une meilleure qualité optique que les zooms, tout en étant lumineux, et ce, pour un prix plus accessible. En effet, les zooms lumineux coûtent cher, et le piqué des focales fixes est quand même appréciable. Par ailleurs, ils considèrent que la focale fixe favorise la réflexion : sans zoomer, on fait marcher ses pieds, on est moins paresseux, plus créatif… Les adeptes des zooms trouvent, quant à eux, qu’il est confortable de pouvoir réaliser la photo que l’on veut pile à la focale désirée. Si l’on a un 24 mm et un 50 mm mais que l’on souhaite du 35 mm, comment faire alors sans zoom?

En réalité, les choses sont un peu plus complexes que cela. En effet, reculer ou avancer n’a pas le même effet que zoomer ou dézoomer : un 50 mm n’est pas un 35 mm un peu plus proche du sujet. Il y a une grande différence entre être à dix mètres avec un 100 mm et à un mètre avec un 10 mm, La distance entre le sujet et l’appareil n’est pas la même, le champ non plus, et tout cela influe forcément sur l’arrière plan.

En tant que photographe, il y a donc un vrai choix à faire, et posséder un zoom ne doit pas vous rendre passif. Au contraire, il faut en profiter pour explorer toutes ses focales, et trouver celle qui sied le mieux à votre sujet. Mais les focales fixes ne sont pas à jeter pour autant: lors d’un voyage sportif, par exemple, une ou deux focales fixes permettront un encombrement et un poids restreints.

appareil photo objectif 3

En conclusion : prenez ce qui vous plaît, jonglez entre focales fixes et zooms, et choisissez ce qui correspond le mieux à chaque photo que vous souhaitez prendre!